Echos du CNHIM 2003, XXIV, 2           

L’infovigilance au CNHIM : contribution à la prévention des erreurs médicamenteuses

L’infovigilance est un nouveau concept, et une nouvelle activité, du CNHIM.

Elle consiste à prévenir les erreurs dans l’information sur le médicament.

En effet dans leur activité quotidienne, les pharmaciens du CNHIM rencontrent des difficultés de recherche et d’analyse des informations sur les médicaments, informations officielles notamment (AFSSAPS, Ministère). Ces difficultés ne peuvent qu’entraîner des confusions voire des erreurs dans l’utilisation des médicaments, ce qui n’est pas au bénéfice des patients.

Prévenir les erreurs dans l’information (infovigilance), c’est prévenir l’erreur médicamenteuse (medication error des anglo-saxons) définie par l’American society of health-systems pharmacist (1-2) et reprise par le Réseau Epidémiologique de l’Erreur Médicamenteuse (REEM) de l’Association AAQTE (3) .

Nécessaire à tous les stades du circuit du médicament, de la décision thérapeutique à l’administration en passant par la dispensation, l’information sur le médicament conditionne la qualité et la sécurité de la prise en charge thérapeutique du patient. Une information imprécise, erronée ou manquante – quel que soit son support, papier, base de données, logiciel d’aide à la prescription et/ou à la dispensation - favorise la survenue d’une erreur médicamenteuse en générant une défaillance dans le circuit du médicament.

Une erreur ou une imprécision dans la rédaction du RCP d’un médicament est évitable. La vérification de sa qualité en amont de la chaîne d’information est d’autant plus nécessaire que les professionnels de santé utilisant cette information ne sont pas en mesure d’identifier de telles erreurs.

Depuis 2001 l’activité d’infovigilance au CNHIM s’organise concrètement de deux façons (4) :

     1- analyse de l’information contenue dans les RCPs ; les anomalies détectées sont classées en 4 catégories : inexactitude/confusion, discordance entre différents chapitres d’un RCP, inhomogénéité entre les RCPs de spécialités équivalentes, inhomogénéité dans le temps entre les RCPs d’une même spécialité. Pour chaque anomalie est mentionné l’impact clinique potentiel pour le patient. Chaque fois que possible le CNHIM corrige les anomalies. Le taux de corrections apportées par l’AFSSAPS ou par le laboratoire est suivi dans le temps.

     2- comparaison entre les deux sources d’information AFSSAPS sur les interactions médicamenteuses, le RCP et les conclusions du GTIAM, groupe de travail sur les interactions médicamenteuses.

Au total cette mission d’expertise du CNHIM concourt ainsi à la qualité de l’information sur le médicament en France, à la prévention de la iatrogénie et par conséquent à l’amélioration de la prise en charge thérapeutique des patients.

Marie Caroline HUSSON - Rédactrice en chef

1. Schmitt E. Le risque médicamenteux nosocomial : circuit hospitalier du médicament et qualité des soins. Paris : Masson 1999 : 287.

2. Anonyme. Suggested definitions and relationships among medication misadventures, medication errors, adverse drug events, and adverse drug reactions. Am J H-Sys Pharm 1998 ; 55 : 165-6.

3. AAQTE. Faits et actes. Pharm Hosp 2002 ; 37 : 70-71.

4. Pour en savoir plus : MiniDossier du CNHIM, n°1, 2003