Echos du CNHIM 2003, XXIV, 3-4             

Transparence, information, responsabilisation

Compte tenu de sa médiatisation, pas toujours très pertinente d’ailleurs dans certains journaux, et de sa facilité d’accès sur Internet*, il semble inutile de présenter dans sa globalité le rapport ** sur " le médicament à l’hôpital " remis le 12 juin dernier à notre ministre de la santé.

Ce rapport, concis et rigoureux, dresse différents constats :

- difficultés budgétaires croissantes des établissements, conduisant notamment à un risque d’inégalité d’accès à l’innovation,

- régulation complexe de l’accès aux médicaments au niveau national en faveur des stratégies commerciales de l’industrie pharmaceutique,

- dissociation des approches des médecins et des pharmaciens,

- environnement réglementaire contraignant voire stérilisant, soulignant en particulier l’inadaptation du nouveau code des marchés publics pour les innovations médicales et les besoins urgents notamment,

- et enfin, et surtout, constat est fait du manque de sécurisation du circuit du médicament, de la carence d’informatisation prioritaire de la prescription, de l’inexistence des systèmes d’information à l’hôpital. Constat sévère face auquel le CNHIM se heurte depuis des années en diffusant Thériaque via les logiciels d’aide à la dispensation et à la prescription. Dès lors le projet Hôpital 2007 est une opportunité à saisir pour que les contrats d’objectifs et de moyens entre les établissements et les agences régionales de l’hospitalisation intègrent cette priorité.

Autre sujet cher au CNHIM, " la mission considère que la transparence, l’information et la responsabilisation des acteurs sont les ‘leviers’ de la juste prescription garante de la bonne et rationnelle utilisation d’une ressource limitée, en intégrant une dimension éthique. Cette indispensable implication des acteurs doit s’appuyer sur la diffusion d’une information indépendante, une formation initiale adaptée, intégrant le thème des ‘erreurs médicamenteuses évitables’, et une formation médicale continue autonome " (organisée aujourd’hui de façon quasi monopolistique par les laboratoires pharmaceutiques).

Il est par ailleurs essentiel que l’évaluation des traitements médicamenteux après leur commercialisation se développe. 

Enfin pour ce qui est de l’information des acteurs du médicament à l’hôpital, la mission recommande notamment " la convergence des structures déjà existantes, en particulier le CNHIM et le FOPIM, Fonds de Promotion de l’Information Médicale et médico-économique ". C’est précisément sur cette convergence que nous travaillons au CNHIM depuis quelques mois, tant pour promouvoir la diffusion de cette revue Dossier du CNHIM que pour participer, avec Thériaque, à la réalisation et à la diffusion très large aux professionnels de santé, d’une base de données de référence, indépendante, sur les produits de santé.

Souhaitons que les propositions de ce rapport, pragmatique et clairvoyant, soient prises en considération.

Marie Caroline HUSSON - Rédactrice en chef

* par Marie Christine Woronoff Lemsi, pharmacienne au CHU de Besançon, Jean Yves Grall, cardiologue et président de la CME du C.H. de Châteaubriant (Loire Atlantique), Bernard Monier, directeur du CH d’Avignon, et le rapporteur inspecteur général des affaires sociales, Jean Paul Bastianelli.

**http://www.sante.gouv.fr/

    http://www.adiph.org/textesofficiels.html#rapport-medicament-hopital (accès direct)