Echos du CNHIM 2007, XXVIII, 4-5         

Thérapie photodynamique

Eptacog alpha, rFVIIa, Novoseven

 

Dossier du CNHIM, revue de formation continue

 

La variété des thèmes traités dans ce numéro montre bien l’étendue du champ de conaissances sur le médicament que doit assumer le pharmacien hospitalier, avec la nécessaire formation continue qu’elle implique. Cela explique sans doute le peu de difficultés que nous avons à trouver des sujets, et des auteurs. En effet écrire dans Dossier du CNHIM, lire cette revue régulièrement, c’est assurer une bonene part de sa formation continue sur le médicament, formation désormais obligatoire pour nos collègues médecins et en passe de le devenir pour nous autres pharmaciens hospitaliers.

 

Dans ce numéro double vous trouverez tout d’abord une évaluation sur les médicaments utilisés en thérapie photodynamique.

 

Ce mode de traitement très prometteur est destiné à détruire certains tissus (tumeurs essentiellement) par une réaction photochimique.

Il associe un médicament appelé photosensi-bilisateur, une lumière de longueur définie, et de l’oxygène.

Depuis les premières applications thérapeutiques en 1975, 3 photosensibilisateurs ont obtenu une AMM : le porfimère sodique (Photofrin®, Photobarr®), le témoporfine (Foscan®) et le vertéporfine (Visudyne®).

En dehors de la cancérologie, de nombreux essais cliniques sont actuellement en cours dans des indications tumorales variées en dehors de la cancérologie, principalement la dermatologie, l’ophtalmologie mais également le diagnostic.

 

Ensuite vous pourrez lire le premier « point sur » d’une série à venir, sur l’eptacog alpha, ou rFVIIa, commercialisé en 1996 sous le nom de NovoSeven®. Ce médicament qui a
révolutionné notre compréhension de l’hémostase et le traitement de l’hémophilie avec inhibiteur, et l’hémophilie acquise, est aussi indiqué depuis quelques années
dans le traitement des manifestations hémorragiques survenant dans la thrombasthénie de Glanzmann avec anticorps antiGPIIb-IIIa et/ou anti-HLA, et le déficit constitutionnel en FVII.

L’évaluation du rapport bénéfice/risque de cet hémostatique au mode d’action original, utilisé dans de nombreuses situations cliniques en dehors de l’AMM, mais qui présente l’inconvénient majeur d’être très couteux et potentiellement iatrogène vis-à-vis du risque thrombotique, n’est pas toujours très claire. Il nous est donc apparu utile d’en faire une analyse dans ses indications AMM d’abord (1er « point sur » dans ce numéro), puis dans ses différents domaines d’utilisation (« points sur » à venir), traumatologie, obstétrique, chirurgie cardiaque, hématologie, neurochirurgie, hépato-gastroentérologie.

 

Enfin vous retrouverez trois nouvelles fiches interactions médicamenteuses, avec les médicaments anticonvulsivants, antiparkinsoniens et anti Alzheimer. Les retours de nos lecteurs nous indiquent que ces fiches sont largement utilisées, en particulier, par les enseignants de la faculté de pharmacie, et par les jeunes collègues hospitaliers.

Vous noterez que ces 3 nouvelles fiches ont été réalisées à partir du nouveau thesaurus de l’AFSSaPS, publié sur internet le 20 juin dernier.

 

Evaluations pharmacothérapeutiques, points sur, fiches, tels sont les 3 types de rubriques caractéristiques de Dossier du CNHIM, que nous comptons poursuivre dans l’optique ‘formation continue’.