Editoriaux 2016, XXXVII, 2

Editorial

 

Dr Mohanad MAHFOUD

Responsable de l’unité de Rythmologie Interventionnelle

Service de Cardiologie

Centre Hospitalier Sud Francilien

91106 Corbeil Essonnes

 

 

La rythmologie interventionnelle : un bel exemple de mise à disposition de la technologie au service de la médecine

 

Les troubles du rythme cardiaque sont des motifs fréquents de consultations et d’hospitalisations.

 

Les manifestations de ces troubles du rythme cardiaque peuvent aller des formes asymptomatiques jusqu’à une mise en jeu du pronostic vital du malade notamment pour certaines arythmies ventriculaires.

Avec le vieillissement de la population, l’évolution épidémiologique de quelques types d’arythmies particulièrement la fibrillation atriale, constitue un réel problème de santé publique.

 

Leur diagnostic relève au-delà de l'évaluation de base (examen clinique, ECG), des explorations complémentaires non invasives, et parfois invasives endocavitaires.

 

Leur traitement est historiquement médicamenteux, mais à l’opposé de ce dernier visant à stabiliser l’arythmie, guérir un grand nombre d’arythmies a été rendu possible grâce à l'avancée des techniques ablatives.

Avec de nombreuses applications issues du domaine militaire et spatial, la rythmologie interventionnelle est un bel exemple de la mise à disposition de la technologie au service de la médecine.

 

Stratégie ablative et choix des dispositifs médicaux

 

Le traitement ablatif, l’option de première intention pour de nombreuses arythmies, n’a cessé de progresser, d'abord grâce à une meilleure compréhension des mécanismes des arythmies, permettant d'avoir de nouvelles cibles thérapeutiques, mais également grâce aux avancées offertes par la technologie, en terme d’énergie physique disponible (radiofréquence, cryoénergie, laser, ultrasons), de la sophistication des cathéters (mesure de la force de contact), de la navigation tridimensionnelle, et dernièrement de la robotique, toujours dans une logique de sécurité et d’efficacité.

 

Une fois la stratégie ablative retenue, le choix du dispositif médical se fait en fonction du type d’arythmie, de l’anatomie particulière du malade, de l’équipement spécifique du laboratoire de rythmologie, de l’expérience de l’opérateur et de son coût.

Une collaboration étroite entre le pharmacien hospitalier et le rythmologue est indispensable pour le bon fonctionnement du laboratoire de rythmologie interventionnelle ; des sujets comme le choix des dispositifs médicaux, la gestion des stocks, les règles de bon usage, les déclarations de matériovigilance, et la traçabilité sont souvent matière de discussions.

 

Compte tenu de leur haute technicité et de leur évolution rapide incessante, s’approprier les termes et les concepts des DM en rythmologie interventionnelle est souvent un challenge, qui est nécessaire pour des échanges pertinents et critiques.

 

De ce point de vue, cet article de Dossier du CNHIM sur les dispositifs médicaux nécessaires à la rythmologie interventionnelle, trouve davantage son importance.

 

Par son approche détaillée et actualisée, il constitue un document de référence incontournable, au service des pharmaciens hospitaliers en charge des dispositifs médicaux mais également pour les jeunes rythmologues.

 

 

96, rue Didot—CS91425

75993 PARIS Cedex 14

Tél : 01 56 53 51 05 - Fax : 01 57 05 96 03 - Email : secretariat@theriaque.org

Centre National Hospitalier d’Information sur le Médicament

Président du  CNHIM:

Xavier DODE

 

Rédactrice en chef du site:

Marie-Caroline HUSSON

 

Accueil

Echos du CNHIM

Parutions

Missions

Statuts

Composition

Partenaires

Point-rencontres

Adresses Utiles

Offres d'emploi

Annuaire

 

Information Adhérents

Nous contacter

Site compatible

Internet explorer 6 et +

Opera 9 et +