Editorial 2012, XXXIII, 6

 

Anémie par carence martiale : place du fer injectable

 

Editorial

 

Le fer, une nouveauté ?

 

Pr. Sigismond Lasocki

LUNAM Université, Université d’Angers,

CHU d’Angers, Pôle d’Anesthésie-Réanimation.

INSERM U771 – CNRS UMR 6214

 

Consacrer une ‘évaluation thérapeutique’ d’un Dossier du CNHIM au « fer et à la place du fer injectable » peut sembler excessif ou pour le moins surprenant : y aurait-il des nouveautés sur le sujet ?! Eh bien oui ! Depuis une dizaine d’années notre connaissance du métabolisme de cet élément crucial à la vie a été bouleversée.

 

Deux principales nouveautés

La découverte de l’hepcidine, principale hormone de régulation du fer nous a permis de mieux comprendre la carence martiale, en particulier en situation inflammatoire (1). Ceci a ouvert des voies de recherche pour le traitement de l’anémie inflammatoire, en ayant comme cible l’hepcidine, mais aussi de comprendre les situations complexes associant inflammation et carence martiale (2, 3).

L’anémie par carence martiale est la première cause d’anémie dans le monde et l’anémie inflammatoire la première cause d’anémie des malades hospitalisés. Ces pathologies sont fréquentes mais leur prévalence est souvent sous-estimée. La meilleure compréhension de ces situations permet d’imaginer de nouvelles indications au traitement martial : par exemple dans l’anémie du cancer, dans les maladies inflammatoires du tube digestif etc.…

 

La seconde nouveauté, c’est l’arrivée sur le marché de formulations de fer injectable bien moins toxiques (en particulier pour le risque d’anaphylaxie) et surtout utilisables en ville (4). Ainsi, une nouvelle approche du trai-tement martial permettant la correction de la carence sur des périodes beaucoup plus courtes, est maintenant possible. Les formulations orales sont souvent mal tolérées et n’apportent que des quantités faibles de fer. Les premiers malades à pouvoir bénéficier de ces avantages sont ceux souffrant d’anémie post-opératoire mais ne nécessitant pas d’être perfusés pendant plusieurs jours, les femmes souffrant d’anémie du post-partum, les malades atteints de MICI (maladies inflammatoires chroniques de l’intestin) etc.… L’arrivée sur le marché de nouvelles formulations, en particulier le carboxymaltose ferrique, a également ouvert de nouvelles indications, en dehors de l’anémie par carence martiale. Il semble en

 

effet très intéressant de traiter la carence martiale en dehors de l’anémie ou indépendamment d’elle. Ceci est particulièrement vrai pour les insuffisants cardiaques. Chez ces malades la carence martiale est associée à une surmortalité (5) et le traitement martial permet une amélioration de leur état, qu’ils soient anémiques ou non (Hb < 12 g/dL ou ≥ 12 g/dL) (6). Ces données, comme celles montrant un intérêt du traitement martial pour améliorer la fatigue des femmes carencées non anémiques (7), soulignent la nécessité de corriger la carence martiale et donc de la reconnaître.

 

Le défi des années à venir semble donc de bien définir les critères de carence martiale, variables selon les populations de malades. En attendant, les données actuelles montrent déjà un large éventail d’indications pour ce traitement martial ; la revue générale réalisée dans cet article de Dossier du CNHIM les expose parfaitement.

 

 

Références bibliographiques

1.          Lasocki S, Longrois D, Montravers P, Beaumont C. Hepcidin and anemia of the critically ill patient. Anesthesiology. 2011;114(3):688-94.

2.          Cheng PP, Jiao XY, Wang XH, Lin JH, Cai YM. Hepcidin expression in anemia of chronic disease and concomitant iron-deficiency anemia. Clin Exp Med. 2010 May 25;11(1):33-42.

3.          Ganz T, Olbina G, Girelli D, Nemeth E, Westerman M. Immunoassay for human serum hepcidin. Blood. 2008 Nov 15;112(10):4292-7.

4.          Lyseng-Williamson KA, Keating GM. Ferric carboxymaltose: a review of its use in iron-deficiency anaemia. Drugs. 2009;69(6):739-56.

5.          Jankowska EA, Rozentryt P, Witkowska A, Nowak J, Hartmann O, Ponikowska B, et al. Iron deficiency: an ominous sign in patients with systolic chronic heart failure. Eur Heart J. 2010 Aug;31(15):1872-80.

6.          Anker SD, Comin Colet J, Filippatos G, Willenheimer R, Dickstein K, Drexler H, et al. Ferric carboxymaltose in patients with heart failure and iron deficiency. N Engl J Med. 2009 Dec 17;361(25):2436-48.

7.          Krayenbuehl PA, Battegay E, Breymann C, Furrer J, Schulthess G. Intravenous iron for the treatment of fatigue in nonanemic, premenopausal women with low serum ferritin concentration. Blood. 2011 Sep 22;118(12):3222-7.

96, rue Didot—CS

75993 PARIS Cedex 14

Tél : 01 56 53 51 05 - Fax : 01 57 05 96 03 - Email : secretariat@theriaque.org

Centre National Hospitalier d’Information sur le Médicament

Président du  CNHIM:

Xavier DODE

 

Rédactrice en chef du site:

Marie-Caroline HUSSON

 

Accueil

Echos du CNHIM

Parutions

Missions

Statuts

Composition

Partenaires

Point-rencontres

Adresses Utiles

Offres d'emploi

Annuaire

 

Information Adhérents

Nous contacter

Site compatible

Internet explorer 6 et +

Opera 9 et +