Résumé 2007, XXVIII, 3 

Mucoviscidose : place de l’antibiothérapie inhalée

La mucoviscidose est une maladie génétique chronique de pronostic grave. Les mutations du gène de la mucoviscidose sont responsables d’un mauvais fonctionnement de la protéine transmembranaire CFTR régulant les échanges ioniques. Ceci se traduit sur le plan clinique par une symptomatologie respiratoire associant une production d’un mucus épais difficile à expectorer, une infection bronchique chronique avec des poussées de surinfection, conduisant à une altération de la fonction respiratoire. Des atteintes pancréatique, gastro-intestinale, et plus rarement hépatobiliaire, avec troubles nutritionnels, sont aussi observées. Des troubles du métabolisme glucidique apparaissent plus tardivement. La kinésithérapie respiratoire et l’antibiothérapie associées à la supplémentation par des extraits pancréatiques et au maintien d’un bon état nutritionnel constituent 4 aspects fondamentaux de la prise en charge thérapeutique et jouent un rôle primordial sur la qualité de vie et la survie des malades. L’atteinte pulmonaire et notamment l’atteinte infectieuse conditionnent largement la morbidité et le pronostic de la maladie. Staphylococcus aureus apparaît précocément, le plus souvent dans l’enfance ; il précède habituellement, de plusieurs mois à plusieurs années, la colonisation à Pseudomonas aeruginosa qui constitue un tournant dans l’évolution de la maladie respiratoire car elle est souvent corrélée à une aggravation respiratoire.

L’objectif de l’antibiothérapie est de traiter la primocolonisation à Pseudomonas aeruginosa pour tenter de différer la colonisation chronique. L’administration d’antibiotiques par voie inhalée permet d’obtenir des concentrations endobronchiques très supérieures à celles obtenues lors d’une administration parentérale et de diminuer la toxicité systémique de ces anti-infectieux. Deux spécialités administrées par voie inhalée ont à ce jour une autorisation de mise sur le marché dans le traitement de l’infection à Pseudomonas aeruginosa chez le malade atteint de mucoviscidose : la tobramycine, Tobi® et le colistiméthate sodique (métabolite actif : colistine), Colimycine®. Les études cliniques montrent leur efficacité dans le traitement de la primocolonisation et de l’infection chronique en terme d’amélioration de la fonction pulmonaire, de réduction de la densité de Pseudomonas aeruginosa dans les expectorations, d’amélioration de la qualité de vie et en général une bonne tolérance. Il apparaît nécessaire de mener de nouvelles études afin d’évaluer à plus long terme l’impact de l’antibiothérapie inhalée sur la survie des malades, et sur l’émergence de germes résistants.

 

Mots clés : antibiothérapie inhalée, colistine, gastro-intestinal trouble, infection bronchique chronique, mucoviscidose, nutritionnel trouble, pancréas trouble, Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus, tobramycine.

 

 

Abstract

Cystic fibrosis is a chronic genetic disease of serious forecast. The mutations of cystic fibrosis gene are responsible of transmembrane protein CFTR disease controlling the ionic exchanges. This is translated on the clinical level by a respiratory symptomatology associating a production of a difficult thick mucus expectorer, a chronic bronchial infection with pushes of surinfection, leading to a deterioration of the respiratory function. Deterioration of pancreatic, gastro-intestinal, and more rarely hepato-biliary functions, with nutritional diseases is also observed. Disorders of glucidic metabolism appear more tardily. The respiratory kinesitherapy and antibiotherapy associated with the supplementation by pancreatic extracts and the maintenance of a good nutritional state are 4 major aspects of therapeutic and take part of the maintenance of the quality of life and the survival of the patients. The pulmonary deterioration and in particular the infection largely condition the morbidity and mortality of the disease. Among the germs frequently isolated, Staphylococcus aureus is the first one to appear, generally in childhood; it usually precedes, by several months to several years, colonization with Pseudomonas aeruginosa which constitutes a turn in the evolution of the respiratory disease because it is correlated with pulmonary degradation. The objective of the antibiotic therapy is to treat colonization with Pseudomonas aeruginosa to try to differ chronic colonization. The inhaled antibiotic gives endobronchial concentrations much higher than those obtained with an intravenous administration and decreases the systemic toxicity. Two antibiotics have a license to sell in the treatment of the Pseudomonas aeruginosa infection for patient with cystic fibrosis: tobramycin, Tobi® and sodium colistimethate (active metabolite: colistine), Colimycine®. The clinical studies show their effectiveness in the treatment of the early colonization and the chronic infection in term of improvement of the pulmonary function, of reduction of Pseudomonas aeruginosa density in sputum, of quality of life and in general a good tolerance. It appears necessary to undertake new studies in order to evaluate the impact of the inhaled antibiotic therapy on the survival of the patients, and the emergence of resistant germs at longer term.

 

Key words: chronic bronchial infection, colistine, cystic fibrosis, gastro-intestinal disease, inhaled antibiotic, nutritional disease, pancreatic disease, Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus, tobramycin.